NFT

Qu’est-ce qu’un NFT et pourquoi certains valent des millions ?

Une œuvre d’art numérique s’est vendue chez Christie’s pour la somme astronomique de 69 millions de dollars, mais le plus offrant ne recevra pas une sculpture, une peinture ou même une gravure. À la place, il recevra un jeton numérique unique appelé NFT. Si le bitcoin a été un premier pas vers les cryptomonnaies, les NFT sont maintenant présentés comme la réponse numérique aux objets de collection.

Qu’est-ce qu’un NFT ?

NFT est l’abréviation de « non-fungible token » (jeton non fongible). En économie, un actif fongible est quelque chose dont les unités peuvent être facilement échangées, comme l’argent. Avec de l’argent comptant, vous pouvez échanger un billet de 10$ contre deux billets de 5$ et il aura la même valeur. Par contre, si un bien est non fongible, c’est impossible – cela signifie qu’il a des propriétés uniques et qu’il ne peut pas être échangé avec un autre bien.

Il peut s’agir d’une maison ou d’un tableau qui est unique en son genre. Vous pouvez prendre une photo du tableau ou en acheter une copie, mais il n’y aura jamais qu’un seul tableau original. Les NFT sont des actifs « uniques » dans le monde numérique qui peuvent être achetés et vendus comme n’importe quel autre bien, mais ils n’ont pas de forme tangible propre. Les jetons numériques peuvent être considérés comme des certificats de propriété pour des actifs virtuels ou physiques.

Comme pour les cryptomonnaies, un registre indiquant qui possède quoi est stocké sur un grand livre partagé appelé chaîne de blocs. Les enregistrements ne peuvent pas être falsifiés, car le grand livre est tenu par des milliers d’ordinateurs dans le monde entier. Les NFT peuvent également contenir des contrats intelligents qui peuvent donner à l’artiste, par exemple, une part de toute vente future du jeton.

Qu’est-ce qui empêche les gens de copier l’art numérique ?

Rien. Des millions de personnes ont vu l’œuvre de Beeple vendue pour 69 millions et l’image a été copiée et partagée des milliers de fois. Dans de nombreux cas, l’artiste conserve les droits d’auteur de son œuvre, ce qui lui permet de continuer à produire et à vendre des copies. Mais l’acheteur du NFT possède un « jeton » qui prouve qu’il est propriétaire de l’œuvre originale. On peut comparer cela à l’achat d’un tirage dédicacé. C’est un peu comme acheté une plaquette d’un artiste comme Jimmy Beaulieu ou Michel Rabagliati à une foire de la BD ou à l’Expozine.

Quel futur pour les jetons non fongibles ?

Le secteur des jeux vidéos a rapidement compris l’intérêt de ces jetons uniques. En effet, ces NFT peuvent aisément représenter de nombreux objets qui s’échangent actuellement dans les jeux vidéos. Et cela ne représente pas forcément des achats en jeu contre des monnaies virtuelles et sans valeur, mais également en devises. Utiliser des NFT pour ces différents objets en jeu permettrait de donner aux joueurs une réelle propriété sur ces derniers.

Prenons l’exemple de Fortnite. Ce jeu gratuit finance son développement par sa boutique in-game qui permet aux joueurs d’acheter divers items numériques pour leurs personnages contre des V-bucks, la monnaie virtuelle du jeu. L’utilisation de jetons non fongibles in-app ou in-game pourraient selon certains permettre de modifier les dynamiques de marchés secondaires dans ces mondes numériques. Une idée qui est explorée par Ubisoft, même s’il faudra encore attendre encore quelque temps avant d’apercevoir dans le quotidien des joueurs des premières applications pratiques.

Un autre exemple serait dans le cadre de collection physique. Certains entrepreneurs ou artistes réfléchissent à des co-intégrations liant des biens physiques et leurs droits de propriété modélisés par de tels jetons. C’est par exemple le cas de Pascal Boyart, qui a « tokénisé » certaines de ses fresques pour ensuite les mettre aux enchères sous forme plus ou moins fractionnée.

Si tous ces exemples vous semblent lointains, bien au Québec nous avons l’entreprise Smartplit qui a décidé de développer cette technologie pour le monde musical. Smartplit est soutenu par le Fonds Stratégie numérique du Conseil des arts du Canada. Cette plateforme permet aux créateurs en musique de partager leurs droits et revenus grâce à des contrats intelligents. Je vous laisse ici le lien de leur projet pilote avec Misteur Valaire et l’Orchestre Symphonique.

Conclusion

Voilà, c’était notre courte présentation de ce qu’est un NFT et les différentes utilisations de ces jetons dans la cryptosphère. Ce n’est que le début et il est facile de voir qu’on encore loin du plein potentiel du NFT pour les œuvres numériques comme un livre, la bande dessinée ou les arts visuels. Si vous avez des questions ou remarques à propos de cet article, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ou sur les réseaux sociaux.

Les derniers articles par Revue H (tout voir)

Laisser un commentaire